LA TALVERA

Es sus la talvèra qu’es la libertat,
C’est sur la lisière qu’est la liberté,
La mòrt que t’espèra garda la vertat.
La mort qui t’attend garde la vérité.
Cal segre l’orièra, lo cròs del valat,
Il faut suivre la bordure, le creux du fossé,
Grana la misèria quand florís lo blat.
Graine la misère quand fleurit le blé.
Es sus la talvèra qu’es la libertat…
C’est sur la lisière qu’est la liberté.

Per passar l’encisa te revires pas :
Pour passer le col, ne te retourne pas :
D’autan o de bisa pren lo vent sul nas,
Vent d’autan ou bise, le vent te giflera,
Una pèira lisa, l’avenc es al ras
Une pierre glisse, le gouffre est en bas.
Ont la sèrp anisa se fondrà lo glaç.
Où le serpent niche, la glace fondra.
Per passar l’encisa te revires pas
Pour passer le col, ne te retourne pas.

Estelas sens luna ne veirem la fin :
Étoiles sans lune, on en verra la fin.
Ne perdrem pas una, cercam lo camin.
On n’en perdra pas une, on cherche le chemin.
Lo cel tot s’engruna del ser al matin,
Le ciel tombe se morcelle, du soir au matin,
La bèstia feruna pudís lo canin…
La bête sauvage pue le chien…
Estelas sens luna ne veirem la fin.
Étoiles sans lune, on en verra la fin.

Fraire contra fraire tiram lo cotèl :
Frère contre frère, on sort le couteau :
Enfant de ta maire que val la tia pèl ?
Enfant de ta mère, que vaut donc ta peau ?
La mia val pas gaire : un espet de fèl.
La mienne ne vaut pas grand chose : un peu de fiel.
Quin aucèl becaire nos picarà l’uèlh ?
Quel oiseau rapace nous crèvera les yeux ?
Fraire contra fraire tiram lo cotèl.
Frère contre frère, on sort les couteaux.

Es sus la talvèra qu’es la libertat.
C’est sur la lisière qu’est la liberté,
D’orièira en orièira porta la vertat.
D’orée en orée va la vérité.
La vida t’espèra de cròs en valat :
La vie t’attend, de combe en vallée :
Bolís la misèria quant grana lo blat.
La misère bout quand graine le blé.
Es sus la talvèra qu’es la libertat…
C’est sur la lisière qu’est la liberté.

La Talvera, Joan Bodon, été 1968

Retour au sommaire