PROPOSITION FAITE AU GOUVERNEMENT DE LA DÉFENSE NATIONALE

Le citoyen Courbet, président de la Commission artistique préposée à la conservation des musées nationaux et objets d’art, nommé en assemblée générale des artistes,

Attendu que la colonne Vendôme est un monument dénué de toute valeur artistique, tendant à perpétuer, par son expression, les idées de guerres et de conquêtes qui étaient dans la dynastie impériale, mais que réprouve le sentiment d’une nation républicaine.

Attendu qu’il est par cela même antipathique au génie de la civilisation moderne et à l’union de fraternité universelle qui désormais doit prévaloir entre les peuples.

Attendu aussi qu’il blesse leurs susceptibilités légitimes et rend la France ridicule et odieuse aux yeux de la démocratie européenne,

Émet le vœu

Que le Gouvernement de la Défense nationale veuille bien l’autoriser à déboulonner cette colonne ou qu’il veuille bien lui-même en prendre l’initiative en chargeant de ce soin l’administration du musée d’Artillerie et en faisant transporter les matériaux à l’Hôtel de la Monnaie.

Il désire aussi que cette mesure soit appliquée à la statue qui a été déplacée et qui actuellement est exposée à Courbevoie, avenue de la Grande Armée.

Il désire enfin que ces dénominations de rues qui rappellent pour les uns des victoires, des défaites pour les autres, soient rayées de notre capitale pour être remplacées par les noms des bienfaiteurs de l’humanité ou bien par ceux qu’elles pourraient tirer de leur situation topographique.

Proposition faite au gouvernement de la Défense nationale, Gustave Courbet, 14 septembre 1870

Retour au sommaire